10 façons de rebondir face à la concurrence

Vous souhaitez en savoir plus sur le carnet de projets c'est ici.

Cette semaine, j’avais envie de vous parler de projets professionnels et d’entrepreneuriat au féminin et, surtout, des 10 leçons que j’ai retirées de mon lancement de marque, laquelle a d’ailleurs bien failli ne jamais voir le jourLe jour justement où j'ai découvert, que la concurrence venait de lancer elle aussi un carnet de méthodologies pour aller au bout de ses objectifs.

 

Après vingt-quatre heures de réflexion, j'ai tout de même décidé de lancer mes précommandes et avec le recul et le succès du carnet de projets, voici ce que j’ai finalement appris de cette expérience, et quels mécanismes j’ai dû activer pour retrousser mes manches. C’est cela qui pourra peut-être vous servir si vous hésitez encore à montrer ce dont vous êtes capable et à porter les projets qui se bousculent dans vos tiroirs sans trouver la sortie.

Évitez de parler de plagiat quand il n’existe pas  

Non, on ne vous a pas volé votre idée, vous avez eu juste la même que quelqu'un d'autre et au même moment. Pour ma part, je me suis posée ces questions : étions-nous bien les seuls ? Le resterions-nous encore longtemps ? La réponse est évidemment non ! Ce jeune homme et moi avions décidé d’offrir au plus grand nombre le résultat de notre expérience, de nos lectures, dans un carnet qui nous avait été inspiré par les « life planner » anglo-saxons. Nous étions influencés par cette même énergie du « faire plutôt que dire ». Au même titre qu’il est toujours surprenant de voir plusieurs stylistes sortir des collections avec un grand nombre de points communs sans pour autant avoir passé leurs soirées ensemble, concevoir un carnet de méthodologies pour se dépasser est bel et bien dans l’air du temps, et ce n’est que le début !



Écoutez les conseils d'Elisabeth Gilbert

Dans "comme par magie", elle explique que les idées nous sont « envoyées » et que si nous n’en faisons rien, elles se tournent vers d’autres personnes, plus aptes à les saisir. À méditer quand on se livre à la procrastination.


• Sachez tirer profit de la concurrence quand elle passe avant vous

Certes, quelqu’un a eu le mauvais goût de sortir le même type de produit que le vôtre. Mais n’est-ce pas en réalité un mal pour un bien, n’y-a-t-il pas quelque enseignement à tirer de cela ? Allez voir le site de la marque, le storytelling mis en place, étudiez les prix des produits, traquez les petits détails et les bonnes idées, mais surtout n'oubliez pas de faire mieux !
 

• Démarquez-vous des autres

Vous êtes une femme ou alors vous êtes jeune ou, au contraire, plus mature et riche d’expériences, vous avez une personnalité originale, vous avez de l'humour, ou une plume. Profitez-en pour mettre en avant votre personnalité. Il y a fort à parier que vous n’allez pas vous vendre de la même manière ni avec le même discours. Vous ne toucherez donc pas la même clientèle et il y a bien de la place pour deux, voire plus. 

 

• Boostez votre créativité 

Évidemment, en voyant ce carnet à la couverture si proche de la mienne, je n’avais qu’une solution : tout modifier et très très vite ! Et savez-vous ce qui est arrivé ? Nous avons ajouté des détails, fait des choix de couleur différents, avons misé sur encore plus de qualité, le façonnage, pour obtenir un objet unique, différent et tellement élégant, et c’est ça que les personnes qui l’ont acheté voient en premier. 
 

• Arrêtez d’hésiter et foncez, sous peine de vous faire coiffer au poteau

Combien de fois ai-je tergiversé entre les devis de fabrication, le nombre d’exemplaires à commander ? Probablement bien plus que mon « concurrent » qui a opté pour une démarche différente en faisant appel au crowdfunding et donc en n'investissant pas d’argent. Évidemment, j’avais eu moi aussi cette idée, mais ce n’était pas ma stratégie de lancement. Comme me le confiait une coach en marketing, il y a une différence de taille entre les hommes et les femmes : les femmes hésitent à se lancer souvent à cause d'histoires d’argent et d’investissement. Ne pas aller voir son banquier ou demander de la “love money” est encore très commun. Même si les lignes bougent, je suis persuadée que nous avons encore beaucoup à faire dans ce domaine.


• L’électrochoc mène à la décision

Après m’être lamentée quelques heures sur mon sort, il ne me restait que deux solutions : soit abandonner une bonne fois pour toutes (comme pour mes projets précédents que j’ai laissés tomber pour les avoir vus aboutir ailleurs, par la main de concurrents sans doute plus audacieux), soit lancer très vite les précommandes pour ne pas me faire taxer de plagiat, ou que l’on me compare à d’autres. Vu le travail que j’avais déjà effectué pour mon carnet de projets, il ne viendrait à l’idée de personne que j’avais pu faire cela en 48h ! J’ai donc décidé d’être prête à vendre en un week-end !
 

• GO GO GO ! 

En fait, je n’ai pas réfléchi longtemps, car sans m’en rendre compte tout était prêt dans ma tête depuis longtemps. Il n’y avait plus qu’à appuyer sur un bouton. Pourquoi donc cela avait-il pris tant de temps ?
 

• Entourez-vous d’hommes quand vous n’arrivez pas à vous lancer 

Avant cet épisode, deux autres hommes de mon entourage m’ont clairement signifié qu’ils pensaient que mon projet ne sortirait jamais. Que je pouvais fermer mon compte Instagram, arrêter mon site et passer à autre chose. Bien entendu, cela m’avait exaspéré et piqué au vif. Mais, en tout état de cause, cela a sûrement préparé le terrain pour me booster le jour où la concurrence a pointé le bout de son nez.


• Montrez tout ce que vous faites, même quand ce n’est pas prêt 

Je n’ai pas regretté d’avoir posté depuis des mois des ébauches de mes produits, toutes les coulisses de la création. Qui pourrait ensuite me parler de copie ? Même si cela n’arrivera jamais, le fait que ces « preuves » existent m’a ôté de la tête toute crainte que l’on puisse un jour me le reprocher. De plus, cela m’a permis de créer une communauté avec des valeurs communes et de découvrir en son sein, alors que je cherchais des méthodes susceptibles de leur convenir, des personnes ultra-inspirantes. Ma bande de co-créateurs, sans qu'ils le sachent, en quelque sorte.


Alors peut-être que, vous aussi, vous lambinez sur votre projet depuis quelques mois, vous n’êtes pas prêt, vous hésitez entre deux typos pour votre site, vous ne savez pas si vous allez prendre telle plateforme de vente ou telle autre ? Vous peaufinez, très bien ! 

Mais en attendant, quelque part, une autre personne n'a pas la même stratégie que vous et se sent plus légitime, plus prête, plus conquérante. Vous allez peut-être vous faire doubler. Donc, dans cette perspective, préparez-vous à rebondir vite, à offrir une meilleure qualité, à mettre en place un réseau plus important, car vous allez en avoir besoin pour inverser la vapeur ! Allez, hop, au boulot ;-)

 

 

 

 

 

 

 

Continuez à procrastiner et vous irez loin !

Totalement à contre-courant de la tendance énergisante du moment et de tous les sites de développement personnel qui vous lancent des GO GO GO et vous assènent que : « lorsque l’on veut, on peut » et que « le moment est venu de passer la seconde », la procrastination a pourtant encore de belles heures devant elle !

Toutefois, remettre ses to-do list au lendemain reste culpabilisant et cette journée à regarder les mouches voler nous laisse exsangue face à l'absence évidente de résultats immédiats et quantifiables. 

Mais, ça suffit ! Finissons-en avec l'auto-flagellation

Pourquoi ne rendrions-nous pas leurs lettres de noblesse à ces moments de calme presque méditatifs ? Pourquoi ne les considérerions-nous pas comme les prémices de grands changements qui arriveront en leur temps ?  

Attention, quand même, toutes les formes de procrastination ne se valent pas ! Faire tourner une machine ou s’empiffrer de Nutella plutôt que de terminer ce qui se trouvait en haut de vos priorités, ne s’appelle pas autrement qu’une bonne vieille flemme !  En revanche, s’offrir des plages de réflexion et de rêveries est indispensable à l’émergence de nouvelles idées, au contraire de l’agitation constante qui ne leur laisse pas la place d’exister.

 

Un bon exemple de procrastination (tout de même très féconde) est celui de Leonard de Vinci.

Il a, en effet, passé sa vie à chasser une idée pour une autre, ne terminant pas toujours ses projets, mais multipliant les coups de génie et les projets visionnaires autant en peinture, dessin, architecture qu'en mathématiques !

 

Alors, si toutes ces heures hebdomadaires passées sur les réseaux sociaux, les blogs, Instagram ou Pinterest n’étaient pas des preuves flagrantes de procrastination ? Mais, bien au contraire, des parenthèses qui permettaient à notre esprit d'emmagasiner des milliers d’idées qui allaient nous servir dans quelques mois pour un nouveau projet dont nous n'avons à l'heure qu'il est, encore aucune idée !

N'hésitez pas surfer sur les comptes veggie de Pinterest, ou regarder toutes les conférences Ted du monde si cela vous chante, laissez-vous porter par vos découvertes et vos envies passagères. Il y a fort à parier qu’elles vont vous emmener bien plus loin que vous ne le pensez ...

 

C'est Marcel Proust qui le dit !

Dans “À la recherche du temps perdu”, il décrit ainsi le symptôme de procrastination qui l'avait « fait remettre de jour en jour, de mois en mois, d'année en année, l'éclaircissement de certains soupçons comme l'accomplissement de certains désirs ».

Et enfin pour en apprendre plus :

Cet article très intéressant dans le Huffington Post : À tous ceux qui n'ont pas l'impression d'avancer dans la vie de Jamie Varon.

Comment réussir sa phrase d'auto-suggestion

Voici un petit memo pour bien choisir ses mots de passe grâce à l'auto suggestion, plus connu comme la méthode Coué.

Rappelez vous dans la Feel Good Letter #2 nous avions vu l'importance du choix de son mot de passe pour réussir ses objectifs. Voici un petit mémo pour faire une phrase convaincante !

Que vous choisissiez

  • jeveuxetreunebonnasse
  • plusuneminuteaperdre-
  •  jevaisreussircommejamais -
  •  cetteanneecestlabonne -
  • jemesurkiffechaquejour ... 

Il y a quand même quelques astuces à respecter pour une affirmation réussie -

  1.  Pas de « je vais essayer » , 
  2. pas de conditionnel  mais du présent « je veux vs je voudrais" ,
  3. pas de négation, pas de termes généraux, bref soyez précis.
  4. Evidement côté pratique, vous ajoutez à cela : Une majuscule, des dates, pour sécuriser le tout.
anne humbert
Pourquoi modifier vos mots de passe peut vous amener très loin
 

Tout a commencé avec le "Yes we can" d'Obama.

Une fois de plus, j'étais à la recherche de mon énième mot de passe (*) dont je ne me rappellerais probablement pas à la prochaine connexion, quand je me suis souvenue de cette phrase. Quitte à devoir rentrer des mots de passe pour accéder à nos coffres-forts numériques, autant ne pas les choisir au hasard. C'est ce que j'ai découvert en m'intéressant à l'autosuggestion !


Nous reviendrons au président des Etats-Unis dans peu de temps, mais faisons tout d'abord un bond au début du 20ème siècle. Emile Coué, alors pharmacien et psychologue, va inventer une méthode d’autosuggestion positive. Selon lui, en demandant à ses patients de recourir à l’auto-hypnose, puis, à des techniques d’affirmation, ils peuvent, en répétant comme une litanie des phrases bienveillantes, ressentir un vrai mieux-être. Des années plus tard, la méthode Coué a fait des petits et la pensée positive est devenue aujourd'hui incontournable et surmédiatisée. Les formes d'autosuggestion et d'auto-hypnose ont évolué mais cette technique, en somme toute assez simple, permet d'insuffler un état d'esprit positif en répétant sans trop réfléchir comme un mantra des phrases motivantes.

Vous êtes sceptique et vous avez envie de refermer ce mail ? Pourquoi pas, mais vous pourriez aussi faire le choix de tenter cette simple petite expérience. Pensez à quelque chose que vous souhaitez, formulez ce désir par une phrase courte et très claire et répétez-là jour après jour. Plutôt que d'écrire ça sur des post-it et de ne faire cet exercice qu'une seule fois, mettez toutes les chances de réussite de votre côté en l'utilisant comme mot de passe ! Chaque fois que vous vous connecterez aux réseaux sociaux, à vos comptes mails, à EDF, à la sécu ou à vos comptes en banque, profitez-en pour vous faire du bien et créer votre avenir. Ce petit jeu peut vous amener assez loin sous ses allures de bonne blague. De toute façon, utiliser un mantra positif comme code d'accès, sera toujours plus bénéfique que de rentrer 50 fois par jour, le prénom de votre ex qui vous sert encore de sésame quotidien pour accéder à vos données virtuelles.

Pour finir, revenons comme promis à Barack Obama. Son "Yes we can" restera un des exemples les plus frappants d'autosuggestion répétée quotidiennement par des milliers de gens, qui a amené tout ce petit monde au bout de leurs objectifs !

Pour finir, voici un petit mémo pour réussir vos phrases ici.

(*) petit malin, inutile de tenter de pirater mes accès, j'ai changé depuis ;-) !

méthodesanne humbert
Pourquoi le numérique ne remplacera jamais le papier ?
carnetdeprojets23h59

 

« J’ai eu du mal à m’y mettre, je déteste les listes, je n’aime pas me projeter. Mais j’ai essayé et, très vite, il est devenu mon compagnon. Je me suis livrée sincèrement, je n’aimerais pas qu’on le lise, c’est une relation entre mon carnet et moi-même ! Je ne vais quand même pas acheter un cadenas ! » Voici, en substance, ce que m’a dit mon amie Juliette qui a reçu le carnet de projets 23heures59 en avant-première.

 

Avez-vous, vous aussi, déjà entretenu avec les objets, cette sorte d’intimité qui relève presque de l’alchimie ? Ça peut être un petit pull que l’on porte, adolescent, pour ses examens, un bracelet que l’on touche tous les soirs avant de s’endormir, un carnet dans lequel on a écrit un début de roman, fait des ébauches de projets, dessiné un prototype, et que l’on garde précieusement près de son lit.

Le 30 décembre 2015, j’ai perdu mon carnet ! Celui qui contenait un an de projets qui avaient tous fini par aboutir, certains au-delà même de mes espérances. J’ai perdu ce carnet au moment où je sortais d’un rendez-vous qui allait me ramener sur les bancs de l’école pendant quelques mois, alors que je me disais souvent qu’il était très précieux, secret aussi, et que je ne voulais sûrement pas, tout comme Juliette, que tout le monde le lise. Je ne sais pas s’il est tombé dans une rue ou si je l’ai caché dans ma maison. Je ne sais plus …

Cette perte m’a ennuyée pour des raisons très concrètes : comment allais-je pouvoir montrer aux autres que je disais vrai, que certaines méthodes fonctionnaient, que j’avais dessiné mon avenir, et qu’un an après, il s’était concrétisé ? Comment prouver que tout ce que j’avais projeté, alors que cela était encore largement improbable, était pourtant bel et bien advenu, pas encore totalement abouti, mais déjà bien en place ?

La deuxième raison était qu’il me manquait physiquement, que ce moment que je prenais certains soirs, pour me projeter et établir ma feuille de route, n’avait plus lieu, qu’aucune application que je testais ne remplacerait les mots rayés sur le papier, les coups de stabilo et les photos scotchées.

Puis, finalement, j’ai pris cette perte comme une chose de bon augure : la marque d’une transition. 2015 se terminait, il restait à écrire 2016 et les années à suivre, il fallait aussi continuer à redoubler d’efforts, à être méthodique et à structurer mes avancées. 

La seconde chose qui m’a finalement servie est que je n’avais rien à « copier » mais bien tout à inventer. Il fallait que je trouve ma méthode parmi toutes ces méthodes, dans tout ce que j’avais lu, expérimenté, que je devais surtout ne rien copier, ni dans le fond, ni dans la forme. 

Nous sommes un an plus tard, à quelques jours près, et ce carnet de projets de 23heures59 est terminé. Dans quelques temps, la relation que vous entretiendrez avec lui vous sera propre, ce sera une nouvelle histoire que vous écrirez et des engagements envers vous-mêmes que vous prendrez.

 

 

SMART goals : 5 initiales pour atteindre ses objectifs

Le chemin de 1000 lieux commence par un pas

Vous avez des objectifs, mais souvent vous ne savez pas comment les mener à bien. Voici une méthode pour atteindre vos objectifs à tous les coups : la fameuse méthodologie des SMART GOALS. 

Découvrez comment mettre en place des objectifs bien définis grâce à 5 initiales.

Pour être bien mené un objectif doit répondre à ces 5 critères.

+ S comme spécifiques : Il ne s'agit pas de déterminer un but vague comme par exemple les « je vais faire du sport » / « je vais perdre des kilos «  / « je vais changer de travail » / « je vais me remettre à l’anglais-puisauchinois-puis au thaïlandais tant que j’y suis » / « je vais économiser »

SOYEZ PRECIS "je veux aller en week end à Marrakech » / " je veux 100 abonnés par semaine de plus sur mon compte instagram »

 

 

+ M comme mesurables : Si vos objectifs ne sont pas « mesurables » comment allez-vous savoir si vous les avez vraiment atteints ? L'essentiel est de pouvoir mesurer ses progrès : revenus en hausse, meilleure performance sportive, meilleure note....

+ A comme atteignables: Devenir astronaute à 40 ans, champion du monde de jiu-jitsu à 60, pas évident ! Pour atteindre un objctif, Iil faut que vous puissiez faire des actions concrètes pour atteindre vos buts. Vous souhaitez changer d’appartement ? Commencez par mettre des alertes avec des critères précis de recherche sur TOUS les sites immobiliers

+ R comme réalistes : Il faut pouvoir tenir ses buts sur la longueur,  ils doivent être limités dans le temps et voilà la chose la plus compliquée. Vous devez mettre une dead-line pour les achever et mettre  un plan d’action précis pour y parvenir.

+ T comme temporels : il est indispensable de poser  une date de début et de fin si possible en segmentant à nouveau en petits objectifs semaine par semaine. ils doivent être limités dans le temps et voilà la chose la plus compliquée. Vous devez donc mettre  un plan d’action précis pour y parvenir. 

5 applis qui sauvent la vie

applis.jpg

Pour revenir au calme et prendre un peu de recul, je me suis mise en quête de remèdes 2.0 que j'ai toujours à portée de clics : 6 applications ultra efficaces qui se trouvent dans le dossier "happy" de mon téléphone.
Cette trousse de secours a le pouvoir de ramener le calme, de motiver, d'inspirer ou d’enseigner des méthodes pour aller au bout de ses objectifs.

  • Se calmer avec Respirelax

Pour stopper immédiatement toute crise d’angoisse, avant une décision importante à prendre ou une prise de parole en public, cet exercice de respiration de cohérence cardiaque est une vraie bouée de secours. Quand le cœur entre en « résonance » avec la respiration, on parle de cohérence cardiaque et il suffit d’avoir 4 à 7 respirations complètes par minute pour revenir à un état plus paisible. La première fois que vous allez tester l'appli, vous devriez avoir l’impression d’être en apnée mais persévérez et vous allez voir très vite les résultats. Pour télécharger l'appli, c'est ici.

  • Méditer avec Petit Bambou

La méditation est, semble-t-il, le Graal pour se sentir mieux dans bien des domaines. Mais avez-vous vraiment essayé et comprenez-vous vraiment de quoi il s’agit ? Il existe une multitude d’applications mais, à mon avis, la meilleure reste Petit bambou. Ici, tout commence par une petite histoire qui explique les grands principes de la méditation comme le "lâcher prise", "vivre dans l’instant présent" ou tout simplement "comment prendre du recul". Il ne vous reste plus qu'à prendre 5 minutes pour commencer !

Pour télécharger l'appli, cliquez ici.

 

  • La magie créative avec Pinterest

Voici le site qui m'apaise le plus au monde en m'offrant une dose quotidienne d'inspiration, de rêves et de créativité dans de multiples domaines.
Chaque matin et chaque soir, dix minutes de Pinterest ! Pour réussir vos nouveaux challenges, faites des tableaux par couleur, par destination ou faites des boards, que vous garderez privés, avec que des fesses de bombasses pour vous donner envie de vous mettre au sport, par exemple.

Pour télécharger l'appli,

 

  • Se souvenir des belles choses avec Day One

Un des grands préceptes pour être plus heureux est de tenir un journal de gratitude, pour remercier chaque jour les grands et les tous petits événements de la vie. Tout cela sonne comme un cliché mais pourtant c’est efficace. Une fois cette habitude prise, vous pourriez vous prendre au jeu de l'introspection et vous lancer dans l’écriture d’un journal. Pour cela, rien ne vaut un joli cahier près de son lit, mais l’appli Day one est aussi motivante, elle permet même d’ajouter des cartes, des photos, et peut devenir un carnet de voyage si besoin.

Pour télécharger l’appli, cliquez ici.

 

  • Tracker ses progrès avec Way of life

Se débarrasser de mauvaises habitudes, ce n’est pas si compliqué. L'un des premiers facteurs de réussite de cette vaste entreprise consiste à visualiser ses progrès. Pour cela, l’appli Way of life est un must : on peut se donner plusieurs buts et chaque jour checker ses progrès (ou pas) et voir une belle courbe de réussite se dessiner (ou pas ;-) ).

Pour télécharger l'appli, cliquez ici.

 

  • Trouver le bonheur avec Happify

Tester son niveau de bonheur et suivre des exercices sur mesure, c’est tout à fait possible grâce à l’appli Happify. L’appli n’est malheureusement qu’en anglais mais elle vaut bien quelques efforts linguistiques. Élaborée par une start-up new-yorkaise fondée en 2012, Happify revient sur les grands principes de la psychologie positive, une vraie encyclopédie à se procurer impérativement.

Pour télécharger l'appli, cliquez ici.

 

 

La magie des listes

« Quand vous avez des projets, comment vous y prenez-vous ? » Cette question pourrait amener des réponses bien différentes. Pourtant, nombreuses furent les personnes que j'ai interrogées dans le cadre de la prise en main du carnet de projets 23h59, à répondre :

« Je prends un papier et un crayon et je fais une liste ! »

dans le carnet de projets 23heures59editions, on trouve des méthodes basées sur des To do List originales à remplir.

dans le carnet de projets 23heures59editions, on trouve des méthodes basées sur des To do List originales à remplir.

Et vous ? Quand, pour la dernière fois, vous êtes-vous assis devant une page blanche, avez-vous écrit une liste contraignante et vous êtes-vous engagé envers vous-même à réaliser ces choses dans un futur proche ? (silence)

Rassurez-vous, je ne fais pas vraiment mieux que vous, mais j'essaie de trouver des solutions pour avancer plus vite et mieux, et voir tous mes projets aboutir. En plus, j’aime beaucoup partager mes découvertes, alors c'est parti ;-)

  • LA MÉTHODOLOGIE

Lorsque nous dressons une liste écrite de manière méthodique, nous commençons à nous montrer lucides, conscients et attentifs à nos aspirations et au but que nous voulons atteindre. La liste est une feuille de route, elle nous rappelle la destination finale à laquelle nous devons parvenir dans un délai imparti.

Une bonne liste est minimaliste : on n'écrit pas de longues phrases pour expliquer ce que nous souhaitons, aimons, projetons. On couche juste quelques mots sur le papier, quelques espoirs, des bouts de conversations que nous menons avec nous-mêmes.

Griffonnée au dos d'un sachet de croissant, annotée sur un ticket de carte bleue ou magnifique à regarder dans les bullet journal des autres (que nous aimerions être capables de tenir), il est vrai que le support que l'on choisit en dit long sur l'importance de cette liste-là par rapport à une autre.

Mais quelle que soit sa forme, elle apporte un éclairage très pertinent sur ce que nous faisons en définitive de nos journées.  Elle est autant le reflet de ce nous souhaitons accomplir en nous levant le matin que le bilan parfois peu glorieux de ce que ce que nous avons réellement mené à bien à 23heures59 ;-)

  • UNE AMIE À QUI SE FIER

La to-do list reste un formidable moyen pour mettre de l'ordre et nous sentir moins submergé.

« Quand je suis fatiguée je ne me décide pas ! Alors, je reprends mes listes et ça me permet de me remettre les choses à faire en pleine figure » E.

C’est tout autant la béquille sur laquelle s’appuyer quand tout semble aller de travers que la bonne copine sur laquelle on peut toujours compter quand on ne sait plus par quel bout commencer. Sans liste, on est à la fois perdu, désordonné, déboussolé et hanté par l'idée de ne pas pouvoir mesurer l'avancée des travaux. La to-do list est bien le garde-fou de nos cerveaux embués par le trop plein de nos journées, nos esprits dispersés par le flot ininterrompu d'informations, de devoirs, de missions à accomplir.

Alors oui, ces listes sont des outils hyper-efficaces pour nous aider à prendre des décisions et passer à l’action ! Il reste maintenant à choisir la plus efficace, en voici 5 que j'affectionne particulièrement.

  • UN_DO LIST

Voici la liste des esprits rebelles. Ici, on prend le problème à l’envers. 

Le principe est simple : vous allez mettre dans cette liste tout ce que vous ne voulez plus faire. Quelle extase ! Repassage : poubelle. Réunion du lundi matin : idem. Trier ses photos : non, merci ! J’imagine que vous avez déjà quelques idées. 

Mais le souci, parce qu’il y en a un, c’est que vous allez devoir faire un choix : 

  • soit déléguer à une autre personne ces « misérables » tâches

  • soit tout simplement abandonner l’idée de porter des chemises blanches nickel.

Si la première comme la deuxième solution ne sont pas envisageables (par manque de moyens, par exemple), eh bien je suis au regret de vous annoncer qu’il va falloir faire un petit effort.

 

  • LA LISTE DU TOP FIVE !

Warren Buffet, c’est le copain de Bill Gates. Le genre de personnes à qui tout réussi, un de ces maîtres du monde qui n’a pas vraiment de problème de plan d’épargne, qui a le temps de jouer au golf et de prendre au passage quelques décisions de trois fois rien !  Voici ce qu’il conseille de faire :

Vous listez 25 choses que vous aimeriez faire, vous cogitez un peu et vous créez votre top 5. C’est fait ? Très bien ! Maintenant tout le reste part à la poubelle, et vous ne focalisez votre attention que sur ces 5 premières missions, ça sera déjà bien assez !

 

  • LA LISTE DU VRAIMENT VRAIMENT

Dans son livre « Trois kifs par jour », Florence Servan-Schreiber raconte comment Tahar Ben Shahar (spécialiste de psychologie positive) questionna l’un de ses professeurs pour être éclairé sur le choix de ses études. Celui-ci lui proposa de faire 3 listes :

  • une liste de ce que l’on veut faire

  • une liste de ce que l’on veut vraiment faire

  • une liste de ce que l’on veut vraiment, vraiment, faire.

Et voilà ce que l’on finit réellement par faire !

  • LA BUCKET-LIST

Celle-ci est tellement riche et complète qu’elle sera à elle seule l’objet d’une prochaine newsletter- Il s’agit de réfléchir aux 100 choses à faire avant de mourir. Oui, je sais, c’est flippant, mais ce n’est pas non plus la peine de se mettre la pression et de voir dans cette méthode l’annonce d’une fin imminente. Au contraire, il s’agit bien de s’imaginer que l’on a un peu de temps devant soi pour réaliser ses rêves.

Pour patienter jusqu'à la prochaine Feel Good Letter, vous pouvez aller vérifier sur Pinterest qu’il n’y a pas que vous qui souhaitez « nager avec des dauphins » (ce que j’avais bien entendu noté moi aussi dans ma bucket-list ;-) ).

Dans son livre « To-Do List: From Buying Milk to Finding a Soul Mate, What Our Lists Reveal About Us », Sasha Cagen s'est intéressée à ce que ces listes disaient de nous. Elle a d'ailleurs interrogé 600 personnes sur le pouvoir de ces to-do et voici deux extraits de ses sondages :

  • 89% des personnes interrogées utilisent un papier et un crayon ! Donc même si de nombreuses applications nous font la promesse de nous aider dans notre organisation, c'est bien souvent avec un carnet et un stylo que tout se joue. Nombreuses sont les personnes qui considèrent qu'en utilisant cette approche, elles respectent bien plus leurs engagements.

  • 50% des gens établissent une liste après avoir fait les choses, juste pour le plaisir de mettre une belle croix ou de rayer cette mission déjà accomplie ! J’avoue, je me sens démasquée. Pour une fois que cette foutue liste a l'air d’avancer, pourquoi s’en priver ?

3 techniques de relaxation pour éliminer la peur et prendre des risques

La peur finit toujours par engendrer des maux, on dort moins, on ne fait plus ce qu'il faut, on devient brouillon, nauséeux, on a des boules dans la gorge qui ne disparaissent plus. Et l’on finit par provoquer ce que précisément l’on redoutait le plus, l’échec, comme dans une prophétie auto-réalisatrice.

Pour enrayer tout ça, j'ai entrepris de trouver des méthodes qui pourraient réellement m’aider.

Voici donc trois techniques qui s'appuient sur des méthodes gagnantes de visualisation-méditation - sophrologie et que j'ai réinterprétées. Elles sont donc vraiment testées et validées. 

Pour commencer, bien entendu, il faut d’abord se mettre au calme, être sûr de ne pas être dérangé, prendre quelques respirations et hop, c'est parti pour le grand voyage sans débourser un centime.

 

  • Le paradis : pour visualiser sa réussite

Imaginez-vous en train de marcher sur un chemin, une route que vous affectionnez particulièrement et que vous connaissez bien. Prêtez attention à la sensation de vos pieds sur le sol, aux couleurs, aux odeurs, ne vous précipitez pas : flânez. Au loin, puis de plus en plus précisément, se dessine une porte, immense et majestueuse. Pour moi, par exemple, il s'agit d'une porte comme on en trouve dans la Médina de Marrakech ; pour d'autres, elle ressemblera à la porte du Ritz … Vous allez franchir cette porte, et vous pourrez alors découvrir tous les pays que vous aimeriez visiter : à vous d'écrire la suite. Flânez dans les souks, sentez les cerisiers en fleurs du Japon, crapahutez dans les Rocheuses, sentez le vent froid de l'Islande, arpentez les rayons de la boutique Prada ;-). Profitez de toutes les richesses des pays, tout est à vous et tout pourrait être à portée de main dès demain. Revenez ensuite lentement, refermez la porte, reprenez le chemin, rentrez chez vous (dommage que les miles ne soient pas comptabilisés dans ce genre d'exercice).

  • Le sac de pierre : pour se délester de ses angoisses

Imaginez-vous sur une plage, vous marchez pieds nus sur le sable chaud. Vous portez sur le dos un sac rempli de vos angoisses du moment. Vous l'emmenez avec vous jusqu'au bord de l'eau. Arrivé, vous commencez à profiter de la sensation agréable de l'eau fraîche sur vos pieds. Vous continuez à avancer doucement avec votre sac bien lesté. Une pierre représentant, par exemple, la peur d'un examen ; une autre, l’angoisse d'un changement. Vous avancez jusqu'au moment où l'eau translucide devient d'un bleu plus profond. Vous n'avez plus qu'à laisser votre sac lesté de tous vos ennuis couler doucement au fond de l'eau … Il ne remontera plus. Regardez le disparaître. Regagnez le rivage en nageant. Vous vous sentez mieux et vous pouvez célébrer ce moment sur votre transat avec, au choix, un café frappé, une grenadine ou une Margarita !

  • La méthode de la commode : ça marche très bien sur les enfants

Vous êtes dans votre chambre avec une jolie commode. Dans cette commode, il y a de grands tiroirs et il va falloir les ouvrir ou bien les fermer. Dans les tiroirs clos, il faut enfouir les choses que l'on déteste : la peur d'aller à l'école, des copains de classe parfois pas sympas, la colère de ne pas avoir gagné, la frustration d'avoir mal lu devant toute la classe. On enferme toutes ces vieilles choses car elles ne servent à rien et on n’en a pas besoin. En revanche, on va ouvrir le tiroir qui porte des étiquettes qui sont très chouettes : il y a celle du courage, l’autre de la joie, sur une autre encore la rigolade avec les copains … On continue son tri, une fois que tout est en place et que la chambre est bien rangée, on peut ouvrir les yeux.